La Food Coop de Brooklyn.

 

Capture d’écran 2018-01-03 à 12.04.00 PM.png

La Park Slope Food Coop (PSFC) a atteint le rêve de toute enseigne : zéro pratiques marketing pour un taux d’appartenance et une satisfaction client qui doit friser le 95%.

Les grandes marques dépensent des fortunes en pratiques Marketing pour recruter et fidéliser leurs clients, pour obtenir ce fameux sentiment d’appartenance à une marque/enseigne qui crée la fidélité, car on se sent faire partie d’une « certaine » communauté et du coup on est les meilleurs ambassadeurs au monde.
La Park Slope Food Coop (PSFC) est une coopérative alimentaire participative, née en 1973 et située à Brooklyn. La Coopérative qui ne cesse de se développer compte aujourd’hui environ 17 000 membres et 52 employés (CA de 54,5 millions de dollars). Chaque membre adulte de la PSFC s’engage à y travailler bénévolement 2 heures et 45 minutes toutes les 4 semaines. C’est le principe pour y être adhérent : tu donnes de ton temps, tu peux devenir membre et y faire tes achats et tu fais partie de la communauté.
A la Food Coop, pas de campagne de communication encore plus intempestive à l’occasion de la folie des Fêtes (Noël, Halloween, easter…) et de la frénésie des soldes (les #BlackFriday ou #CyberMonday…). Pas de SMS, VMS, mailing, e-mailing, pas de catalogue papier multicolore avec des soit-disants époustouflants bon plans et sélection de nouveautés du rayon boucherie-charcuterie, pas de merchandising intentionnellement scénarisé avec des étalages alimentaires qui débordent pour donner l’impression qu’il y a beaucoup. Pas de techniques de ventes étudiées avec la dégustation des dernières rillettes ou du dernier sirop à déstocker, pas de promotions avec lumières qui clignotent, des étiquettes de soldes ou de « discount », souvent de couleur rouge ou jaune fluo pour créer une impulsion d’achat parce que c’est maintenant ou jamais qu’il faut acheter le pack de 20 yaourts saveurs vanille-des îles.
Pas de techniques secrètes des supermarchés utilisées pour nous pousser à dépenser notre argent (caddies trop grands et qui roulent sans effort pour acheter plus, musique douce pour créer un climat détendu et déambuler dans le labyrinthe des rayons, diffusion de senteurs artificielles pour vous faire acheter le pack de 10 pains au chocolat, parcours des rayons etudiés à la IKEA pour pousser le client à tous se les farcir, produits les plus chers au niveau de nos yeux alors que les produits « premier prix » sont placés tout en bas, etc,).

A l’inverse des supermarchés traditionnels qui recherchent la profusion pour pousser le client à acheter plus, La Food Coop se base sur une sélection certes plus restreinte mais étudiée : des produits de haute qualité, acheté à un prix juste aux fournisseurs (si possible USA et encore mieux quand proche de Brooklyn), revendus à un prix en moyenne 20 à 40% inférieur à celui pratiqué par les grandes enseignes (selon un dernier article paru dans le Figaro.fr), des produits le plus respectueux de l’environnement possible. Un principe affiché « La Coop s’efforcera, autant que faire ce peut, de soutenir les meilleurs produits et les meilleures pratiques en ce qui concerne la santé, la sécurité des humains, des animaux et de la biosphère en général ».
Pas de sac plastique en caisse, beaucoup de produits vendus en « vrac » pour éviter le sur-remballage, pas de marques tels que Coca Cola ou Nestlé car pas en ligne avec valeurs de la PSFC, le bœuf n’est vendu que s’il a été élevé à l’herbe, etc.

IMG_5627IMG_5626
Les 17 000 membres sont logés à la même enseigne. Chacun doit donner de son temps (2 heures 45mm par mois). On peut travailler à la caisse, aux bureaux, la maintenance, la réception des livraisons, le conditionnement des produits, la garderie enfants pendant que les parents font leurs courses, l’accompagnement du caddie jusqu’à la voiture, apporter les produits périmés (mais toujours bons) aux soupes populaires, le compostage,…

 

Il n’y a pas de profil type d’acheteur à la Food Coop, il y a de tout et c’est ce qui fait aussi son charme (des profils variés allant de l’étudiant-e-s, retraité-e-s, chômeurs, et des grand(e)s patron(ne)s de grandes entreprises), mais surtout des gens écologiquement et économiquement impliqués et pour qui la qualité de leur alimentation est une priorité. Louise qui est membre depuis plus de 8 mois adhère aux valeurs et précise que le côté intérêt général lui plaît beaucoup, comme le fait de consommer de manière raisonnable qui lui semble tout aussi important « court-circuiter les intermédiaires, payer les producteurs à un prix juste, faire attention à notre impact écologique au quotidien, ne pas engraisser les grands groupes et surtout acheter de la bonne bouffe! Sur le concept, je trouve ça très important de responsabiliser les gens. Le fait d’être membre et de donner un temps de travail au sein de la food Coop rend responsable chaque personne du collectif. »
Ariel qui nous répond en anglais nous dit qu’elle va à la Food Coop parce que « The quality and price of organic produces is superb. Even with the trouble of to/back there, I think it’s worth the effort ». Elle precise que pour le moment, ça vaut le detour des 30 minutes à pied ou 20mm en vélo, même en hiver quand il fait -15 degrés.

 

Il y a une ambiance très différente d’un Walmart, Whole Foods ou Trader Joe, un dynamisme grâce aux membres qui se regroupent autour d’un meme projet. Les adhérents se sentent un peu chez eux puisqu’ils travaillent aussi ici.
Agnès qui a été adhérente pendant 1 an relativise l’engouement que certains ont pour la PSFC et dit avoir « beaucoup aimé la variété et qualité des fruits et légumes. Mais il est très difficile de trouver des places de parking quand on n’habite pas dans le quartier. Je perdais beaucoup de temps pour mon shift, puis je n’avais pas le temps d’acheter donc je devais revenir pour acheter, ce qui me donner l’impression de passer ma vie à la Food coop! Le magasin est trop petit et il y a toujours trop de gens, ce qui rend les clients toujours stressés et de mauvaise humeur. Au final, tout le monde fait la gueule et ce n’est pas tres agréable de passer tout son temps entouré de gens énervés… Aussi, je n’aimais pas du tout leur sélection de fromages et yogurts« .

Un taux de satisfaction et d’appartenance qui n’atteint donc pas les 100%.
Etant moi-même très récente adhérente, je trouve que le sachet d’amandes bio, à 1 dollars 85 cents, a encore un meilleur goût, puisque c’est moi qui pendant 2:45 ai confectionné les petits sachets individuels. Le goût de l’effort.

IMG_5455

Certains disent que les supermarchés deviennent le reflet de notre société.
– “Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es.” – De Anthelme Brillat-Savarin / Physiologie du goût.
– “La joie de vivre ne s’achète ni au supermarché ni même dans les magasins de luxe.” – Graines de possibles, regards croisés sur l’écologie (2005) de Pierre Rabhi.
– “Ce que la vie m’a appris? Que ce soit à la banque, à la poste, au supermarché ou au péage, c’est toujours la file la plus courte qui avance le moins vite.” – Pensées, répliques et anecdotes (2006) de Michel Galabru
– “Au cours d’une vie, on marcherait 3800 km derrière un caddy (d’où, sans doute, le nom de supermarché). Ca en fait du chemin dans l’autre sens si on a oublié le beurre.” – Guerre et plaies – Hervé Le Tellier

Pour en savoir plus : le site et la bande annonce du film Food Coop de Tom Boothe

https://player.vimeo.com/video/166388881?title=0&portrait=0

Food Coop – Film Annonce from LARDUX FILMS on Vimeo.

Et pour les emballés, voici la liste des coopératives Françaises s’inspirant du modèle de Park Slope Food Coop à Brooklyn :

Publicités

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s